Wiki Doublage français
Advertisement

Affiche française

Pentagon Papers ou Le Post au Québec (The Post) est un film historique américain réalisé par Steven Spielberg, sorti en 2017.

Le film est inspiré de faits authentiques : la publication des Pentagon Papers par le New York Times puis le Washington Post au début des années 1970. Cette expression désigne le document United States-Vietnam Relations, 1945-1967: A Study Prepared by the Department of Defense (« Relations entre les États-Unis et le Viêt Nam, 1945-1967 : une étude préparée par le département de la Défense »), soit plus de sept mille pages top secret dévoilant l'implication politique et militaire des États-Unis dans la guerre du Viêt Nam, qui durera de 1955 à 1975.

Synopsis[]

Considéré comme « un grand film sur la liberté de la presse », et une icône du journalisme d'investigation, il est dédié à la réalisatrice Nora Ephron, morte en 2012.

En 1965, l'analyste Daniel Ellsberg se rend sur le front de la guerre du Viêt Nam pour y observer l'avancement des troupes américaines, pour le compte du secrétaire à la Défense, Robert McNamara. À McNamara qui lui demande son ressenti de terrain dans l'avion du retour, Ellsberg répond que l'envoi de renforts de 100 000 hommes n'a en rien amélioré une situation délicate, et McNamara l'approuve. Mais lorsqu'il est accueili par les journalistes, McNamara développe un discours lénifiant sur les progrès militaires.

En 1971, Daniel Ellsberg, qui travaille désormais pour RAND Corporation (une institution de conseil militaire), décide de photocopier secrètement un rapport sur l'évolution du conflit au Viêt Nam, depuis la présidence de Harry S. Truman en 1945 jusqu'en 1967, révélant le double discours des différentes administrations américaines sur les chances de victoire des États-Unis : les gouvernements successifs, peu à peu convaincus que la guerre ne pouvait être gagnée, ont caché au peuple américain la réalité de l'enlisement du conflit.

Daniel Ellsberg divulgue clandestinement ses informations au New York Times. Le journal sort un premier article, mais doit interrompre la publication sur décision de justice. Celle-ci a été saisie par le gouvernement de Richard Nixon, ces informations étant classées secret défense.

D'abord sur la touche, le Washington Post récupère le scoop et des milliers de pages des Pentagon Papers, grâce à la motivation de son rédacteur en chef, Benjamin Bradlee et au contact d'un journaliste, Ben Bagdikian, avec Ellsberg. Bradlee pousse la propriétaire du journal, Katharine Graham, à publier les documents.

Cette dernière est face à un cas de conscience, voyant bien l'importance de la publication, mais aussi les risques judiciaires et financiers qu'elle ferait courir au journal et à ses dirigeants. Elle doit faire face à un conseil d'administration très hostile au projet, et tenir compte de l'entrée en bourse de son journal, alors en cours, qui pourrait capoter, sans compter les liens d'amité qui la lient à McNamara. Seule femme dans ce monde d'hommes, elle tient pourtant tête à tous ceux que la publication dérange ou effraye et donne son feu vert. L'ensemble de la presse reprend alors les informations du Post.

La Cour suprême est saisie. Elle doit arbitrer entre la liberté de la presse, instaurée par le 1er amendement de la constitution des États-Unis, défendues par les équipes du Washington Post et du New York Times, et la protection du secret d'État, exigée par le gouvernement fédéral. La Cour suprême dans l'arrêt New York Times Co. v. United States, statue en faveur de la liberté de la presse, qui « doit être au service des gouvernés et non des gouvernants ». Nixon est furieux et jure qu'aucun journaliste du Post ne mettra plus les pieds à la maison blanche.

La scène finale montre l'immeuble du Watergate de nuit l'année suivante et les cambrioleurs du Comité national démocrate au travail : le scandale du Watergate commence, il aboutira à la procédure de destitution du président Nixon et à sa démission en 1974.

Fiche technique[]

  • Titre original : The Post
  • Titre français : Pentagon Papers
  • Titre québécois : Le Post
  • Titre de travail : The Papers
  • Réalisation : Steven Spielberg
  • Scénario : Liz Hannah et Josh Singer
  • Musique : John Williams
  • Photographie : Janusz Kamiński
  • Montage : Michael Kahn et Sarah Broshar
  • Décors : Rick Carter
  • Costumes : Ann Roth
  • Production : Kristie Macosko Krieger, Amy Pascal et Steven Spielberg
    • Producteurs délégués : Rachel O'Connor, Adam Somner, Tim White et Trevor White
  • Sociétés de production : 20th Century Fox, Fox Searchlight Pictures, Amblin Partners, Amblin Entertainment, Pascal Pictures et Star Thrower Entertainment
  • Distribution : 20th Century Fox (États-Unis), Universal Pictures International France (France)
  • Budget : 50 millions de dollars
  • Pays d'origine :  États-Unis
  • Langues originales : anglais
  • Format : couleurs — Digital Cinema Package 4K — 1,85:1 — son Dolby Digital / Dolby Surround 7.1 / SDDS / DTS
  • Genre : drame historique
  • Durée : 116 minutes
  • Dates de sortie :
    • États-Unis : 22 décembre 2017 (sortie limitée), 12 janvier 2018 (sortie nationale)
    • France : 24 janvier 2018

Staff français[]

Distribution[]

  • Meryl Streep (VF : Frédérique Tirmont ; VQ : Marie-Andrée Corneille) : Katharine « Kay » Graham
  • Tom Hanks (VF : Jean-Philippe Puymartin ; VQ : Tristan Harvey) : Benjamin Bradlee
  • Sarah Paulson (VF : Elsa Lepoivre ; VQ : Mélanie Laberge) : Antoinette « Tony » Pinchot Bradlee
  • Bob Odenkirk (VF : Gérard Darier ; VQ : François Sasseville) : Ben Bagdikian
  • Tracy Letts (VF : Guy Chapellier ; VQ : Daniel Picard) : Fritz Beebe
  • Bradley Whitford (VF : Nicolas Marié ; VQ : Jacques Lavallée) : Arthur Parsons
  • Bruce Greenwood (VF : Éric Legrand ; VQ : Marc Bellier) : Robert McNamara
  • Matthew Rhys (VF : Thomas Roditi ; VQ : Patrice Dubois) : Daniel Ellsberg
  • Alison Brie (VF : Julia Faure ; VQ : Catherine Proulx-Lemay) : Lally Weymouth
  • Carrie Coon (VF : Magali Bonfils ; VQ : Émilie Bibeau) : Meg Greenfield
  • Jesse Plemons (VF : Eilias Changuel ; VQ : Maël Davan-Soulas) : Roger Clark
  • David Cross (VF : Christophe Lemoine ; VQ : Gilbert Lachance) : Howard Simons
  • Zach Woods (VF : Mathias Kozlowski ; VQ : Adrien Bletton) : Anthony Essaye
  • Pat Healy (VF : Sylvain Agaësse ; VQ : Jean-Jacques Lamothe) : Philip L. Geyelin
  • John Rue : Eugene Patterson
  • Rick Holmes (VF : Pierre Tessier) : Murray Marder
  • Philip Casnoff (VF : Laurent Natrella ; VQ : Yves Soutière) : Chalmer Roberts
  • Jessie Mueller (VF : Anne-Laure Gruet ; VQ : Rose-Maïté Erkoreka) : Judith Martin
  • Stark Sands : Donald E. Graham
  • Brent Langdon : Paul Robert Ignatius
  • Michael Stuhlbarg (VF : Vincent Ropion ; VQ : Frédéric Desager) : Abe Rosenthal
  • Christopher Innvar : James L. Greenfield
  • James Riordan (VF : Jean-François Lescurat) : le vice-amiral Joseph Francis Blouin
  • Peter Van Wagner (VF : Patrice Dozier) : Harry Gladstein
  • Kelly AuCoin : le procureur général Maroney
  • Cotter Smith : William Macomber
  • Curzon Dobell (VF : Stefan Godin ; VQ : Denis Mercier) : Richard Nixon
  • Annika Boras (VF : Sylvie Ferrari) : Mme Alsop
  • Michael Cyril Creighton (VF : Jerome Wiggins) : Jake
  • Coral Pena (VF : Flora Kaprielian) : Nancy
  • Sasha Spielberg : la femme anonyme déposant le paquet

Annexes[]

Cartons de doublage[]

Advertisement